Côte d’Ivoire : Avant son discours prévu ce 31 Décembre, « Soro interpelle Emmanuel Macron »

 

 

Avant le grand déballage qu’il a annoncé pour le 31 décembre, le Président de Génération et Peuples Solidaire Guillaume Kigbafori Soro s’est prononcé sur la charge de tentative de déstabilisation pour lequel un mandat d’arrêt international  a été lancé contre lui.

Depuis sa dernière destination après son retour manqué à Abidjan le 23 décembre dernier, l’ancien Président de l’Assemblée nationale Ivoirienne s’est confié à l’hebdomadaire, Journal du dimanche (JDD). Guillaume Soro a rejeté toutes les procédures en cours contre lui et a également dénoncé l’indifférence selon lui, de la France..

Pour le Président de GPS, le Chef de l’Etat Français qui sejourné en Côte d’Ivoire où il a fêté son anniversaire, n’a pas eu le courage d’appeler au respect de la démocratie. « Je suis surpris. Le Président français s’est rendu en Côte d’Ivoire, y a fêté son anniversaire, mais il n’a pas eu la capacité de dire à ses hôtes qu’il était important de respecter la démocratie à ses hôtes. J’espérais qu’un Président comme lui n’ait davantage de courage et de maturité pour le faire ». A-t-il déclaré

Guillaume Soro s’est dit choqué et horrifié de l’attitude de l’actuel Président de la République de Côte d’Ivoire Alassane Ouattara, qui a lancé la justice à ses trousses après avoir fait arrêter plusieurs de ses proches dont des députés sans une lever préalable de leur immunité parlementaire.

Selon lui, c’est la multinationale, ‘’Bouygues’’, qui a organisé la visite du Président Français en Côte d’Ivoire. « On sait l’influence de Bouygues dans la sphère politique Française. Au nom de contrats juteux, on est donc prêt à fermer les yeux sur le piétinement de la démocratie en Afrique ».

Guillaume Soro qui s’est dit déterminé à poursuivre sa lutte jusqu’au bout, semble ne vouloir renoncer à rien. « Je suis et je reste candidat à la présidence de la République ». A-t-il prévenu avant d’ajouter,  « Je vais organiser la résistance comme le Général De Gaulle l’a faite depuis Londres. Après avoir créé une crise post-électorale en 2010, M. Ouattara vient d’inventer la crise pré-électorale. Il faut que la classe politique s’organise pour combattre cela ».

Le Président de GPS a dit  ne pas comprendre que le Parrain de l’ex-rébellion Ivoirienne de 2002 s’attaque aujourd’hui à lui  « Et puis, voir M. Ouattara, parrain de la rébellion en 2002 m’accuser aujourd’hui de déstabilisation est une belle ironie de l’histoire ». A-t-il révélé.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
24 + 29 =